Etiquetage des objets d’art ivoirien/ Le Cesec prend des dispositions

Par Brou François/afriquematin.net

« Affichage de la mention Côte d’Ivoire sur les cartels des objets d’art ivoirien exposés dans les musées européens », tel a été le thème du compte rendu analytique de l’assemblée relative à l’adoption du projet d’avis hier  lundi 03 septembre 2018. Présidée  par la première autorité  du  Conseil économique, social, culturel et environnemental, Charles Koffi Diby, à la salle des Plénière, cette invite a été l’occasion pour la première hiérarchie de l’institution d’adresser ses vives félicitations et l’assiduité de ses collaborateurs « qui permettent à notre Assemblée d’accomplir sereinement les devoirs de ses charges consultatives, aux fins de se hisser à la hauteur de l’intelligence de la confiance que le Président de la République accorde à notre Institution », a-t-il rappelé. Plantant le décor, il est admis que cette action intervient conformément aux dispositions règlementaires régissant l’institution et qui lui permettent « de se saisir de toute problématique d’intérêt national pour faire des propositions au gouvernement ». Ainsi, l’objectif principal du Cesec est d’apporter une contribution significative de la position de l’Etat de Côte d’Ivoire sur l’identification de ses œuvres exposées dans les rayons des musées internationaux. Ce qui, évidemment, pourrait  assurer la renaissance de l’origine ivoirienne des objets patrimoniaux en établissant une vérité historique sur les aires culturelles et anthropologiques. Ainsi, l’enjeu culturel, il est appelé à comprendre, qu’au moment où le monde se globalise, il apparait important pour la Côte d’Ivoire de s’affirmer à tout point de vue sur son identité culturelle à travers son patrimoine. Aussi, la reconnaissance des objets d’art ivoirien, au plan international, peut, à n’en point douter représenter « une niche non négligeable en matière d’économie culturelle », constituant  « une opportunité d’affaires pour le monde artisanal ». Au terme de cette rencontre,  le  Président du groupe de travail, Gadégbéku Samuel Anani, a souligné que «l’étiquetage des objets d’arts est important dans la mesure où cela permet, avec l’augmentation des  attributions du conseil économique, social, culturel et environnemental, d’assurer  la partie culturelle en vue de  participer au développement de la culture de Côte d’Ivoire», a-t-il fait savoir. Soulignons que ce  sixième avis sur l’étiquetage des objets d’art ivoirien dans les musées européens cible l’Europe.

LIRE AUSSI :   Mauritanie : hommage à Aissata Kane, première femme ministre