Election à la FIF/A quel jeu s’adonne-t-elle cette chaine de télé ?

Par Kévin Boumy*

Dans une Côte d’Ivoire où seuls les médiocres prennent du galon entre deux stupidités, quelques prétendus journalistes à l’intelligence fortement rognée par la paresse sont malheureusement extraits de l’anonymat par certaines chaînes qui ne font recette qu’avec ces petites gens aux propos fangeux.

 Honnêtement, j’ai toujours cru que ce brumeux Martial Gohourou – était une version numérique de ces êtres de papier qui se liquéfient aussitôt le livre fermé. Que non !!! C’est malheureusement un être de chaire comme moi qui a décidé volontairement de traduire les silences de ses mandants par des piques journalières incontrôlées contre Didier Drogba.

Il n’y a qu’ici, nouveau siège de tous les invalides intellectuels, qu’on peut tolérer qu’un nébuleux -, couvre d’insanités chaque jour un porte-étendard de l’image de notre pays.

Un homme dont la versatilité étalée sur le web 2.0 lui ôte toute crédibilité. La compétition à la FIF ne saurait être un exutoire où rejeter de façon psalmodique ses propres échecs. La compétition à la FIF ne saurait exonérer cette chaîne de télé (que je préfère ne pas citer pour lui donner du crédit) de ses obligations d’assainir ses contenus. – Cet acharnement gratuit, avec une cadence soutenue, contre Didier Drogba – semble être une commande spéciale de personnes sans visages qui ont peur de s’assumer.

Ailleurs, l’on ménagerait l’honorabilité des figures mythiques qui ont fait rayonner l’image de leur pays. Ici certains journalistes propulsés au-devant de la scène par l’historique apogée de la médiocrité pensent se faire une audience en manquant de respect au baobab Didier Drogba.

Il faut mettre un holà à ce traitement dégradant, si aucun ordre supérieur ne peut le faire. Dans une élection, on attaque le programme et non l’individu. Sur les plateaux, on voit tout, on met même en doute sa carrière professionnelle, sa fondation, ses relations simplement parce qu’il veut mettre sa riche expérience au service d’un football local en plein état végétatif.

Rentiers, prébendiers et rats de la maison de verre font feu de tout bois, l’invective s’extériorise et s’exporte avec une facilité déconcertante !

C’est quand même Didier Drogba ! -. Un journaliste idéalement indigent parlait même de « trafic de notoriété » de Didier Drogba sur un Plateau d’une Télévision dite sérieuse sans être recadré.

Le silence ne sera plus une option face aux injures gratuites contre Didier Drogba. Cette élection prendra fin. Soit la « Renaissance » s’imposera à tous, soit la « marmaille » prendra définitivement le pouvoir sur ce terreau qui lui est fertile ; mais la légende DD11 restera cette lanterne pour l’Afrique et le monde, pour des générations.

*Journaliste Consultant