Côte d’Ivoire/L’Intelligence artificielle au cœur d’une réflexion

ads bas

Par Brou François/afriquematin.net

Considérée comme tabou dans certaines civilisations, l’intelligence artificielle prend sa racine dans la culture africaine avec ses pratiques.

  « Enjeux Economiques Culturels et Éducatifs de l’Intelligence Artificielle en Afrique Noire », c’est le thème qui était au cœur d’une réflexion menée par des experts. Organisée par les responsables d’une université privée avec sa tête Amani Jean Delon, cette rencontre sur l’intelligence artificielle s’est tenue le samedi dernier dans un établissement hôtelier.

Plusieurs sous-thèmes ont été abordés par les panélistes, notamment l’intelligence artificielle (IA) et Big Data, la monétique et les finances publiques, la culture, l’éducation et l’afrocentricité.

Selon les panélistes, les africains peuvent rattraper le retard accumulé avec l’intelligence artificielle par une prise de conscience

Selon Astro-Neterologie et Achiépo Yapo, l’IA bouleverse les vies et impacte la société en suscitant de nombreuses opportunités économiques par la création de nouveaux  emplois et d’amélioration du niveau de vie global. Faisant également savoir que pour parvenir à implémenter l’IA dans les pays en développement, il est primordial de prendre en considération le paradigme africain des sciences et techniques dans les formations pour mieux se préparer à ces changements.

« Les changements de métiers impliquent que l’ensemble des acteurs prennent en compte les nouveautés et s’adaptent aux nouvelles opportunités et contraintes. L’Ia  nous a fait prendre un bond qualitatif et des opportunités d’emplois, malheureusement d’autres emplois vont disparaître », averti un expert. Et d’ajouter « l’un des piliers majeurs liés à l’intelligence artificielle reste la formation, vu qu’à chaque révolution, un temps de transformation est nécessaire afin de mettre en adéquation le marché du travail et les nouveaux besoins ».

A en croire ces panélistes, les africains peuvent rattraper le retard accumulé avec l’intelligence artificielle par une prise de conscience, et ce par l’entrepreneuriat.  

Pour ces sachants, les américains ont longtemps été leaders sur le marché de l’informatique, des nouvelles technologies et de l’IA, mais ils sont désormais concurrencés par de nombreux acteurs chinois qui ont adopté très rapidement les nouvelles technologies en adéquation avec leurs normes culturelles qui est différentes de celles de l’occident.

L’expert-Consultant en Management et Sécurité des Systèmes monétiques Clotchôr Sécongo 

Concernant, la monétique et les Finances publiques, Clotchôr Sécongo a indiqué que ces deux domaines sont en pleine mutation qui exigent de plus en plus de grande technicité. « L’objet du diplôme d’Ingénieur en Monétique et Finances Publiques est de former des experts en monétique capables de développer des solutions innovantes, en particulier pour les États Africains. Aussi, le programme vise à former des experts en Finances Publiques capable de développer des solutions technologiques novatrices par exploitation basées sur une exploitation efficace des données », affirme-t-il.

Cette notion qui a vu le jour dans les années 1950 grâce à un   mathématicien britannique, est un domaine pluridisciplinaire aux applications multiples, constituant- le socle technique des innovations de demain.

Les commentaires sont fermés.