ads bas

Bingerville/Des professionnels de la recherche s’activent

ads bas

Par Iris Fabiola Yaëlle/afriquematin.net

Le Pôle Scientifique et d’Innovation de l’Université Félix Houphouët-Boigny du site de Bingerville a accueilli le vendredi 04 mai dernier la rencontre mensuelle relative au séminaire sur la Simulation numérique.  A la salle des utilisateurs du Centre national de calcul de Côte d’Ivoire, le professeur Abdourahamane Konaré de l’Université Félix Houphouët-Boigny qui débattait du « Climat et Développement durable », a été on ne peut plus clair. En résumé, l’on a retenu  que  la  quantité  disponible du bien environnemental  reste finie ; le bien-être des générations futures dépend d’un paramètre qui décrit l’élasticité de substitution entre bien privé et bien environnemental. Quant à Marion Carrier, ingénieur en modélisation et chef de projet cybeletech, elle s’est appesantie sur l’apport de technologies numériques pour les filières agricoles, le cas du Café.  Pour elle, « le moteur de cette amélioration est un modèle capable de reproduire le phénotype de la plante à partir du génotype et du pédoclimat qu’ils corrèlent. Ce qui permet de simuler  des parcelles « virtuelles » telle que des variétés dans un  environnement précis», fait-elle savoir. Au niveau des avantages et des objectifs, le projet aura à aider le Centre national de recherche agronomique(Cnra)  à mieux comprendre « comment la plante réagit à son environnement, dans les conditions multiples qu’offre la Côte d’Ivoire, pour mieux prévoir les productions et aider à ajuster les pratiques culturales et les variétés », précise-t-elle.

Au terme de cette journée d’échanges, le directeur général du Centre national de recherche agronomique (Cnra), le   Docteur Yté Wongbé, a retenu « qu’aujourd’hui avec   les questions de changement climatique, il est bon, qu’avec un certain nombre de modèles de calcul, on doit prévoir et prédire- l’avenir de l’Agriculture dans ce nouveau contexte assez difficile. A cet effet, nous ne pouvons qu’encourager les panelistes. Et nous, en tant que centre de recherches, nous pourrons- nouer avec ces études-, des partenariats pour cadrer et caler un peu nos  travaux de recherches en agronomie. En tenant compte de ces modèles et de ces   changements climatiques, qui sont des paramètres d’environnement- nécessaires d’être connus pour mieux développer et produire mieux le plus durablement ces produits ». Faut-il noter que ces séquences de recherche sont organisées par les Cafés de la Science, chaque  premier vendredi du mois. Organisé par la direction générale de la recherche et de l’Innovation (Dgci), cette rencontre  était placée sous la présidence du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique,  le Professeur Bakayoko-Ly Ramata.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.