Accélération de la réduction des taux de décès maternels, néonatals et infantiles/L’Asfi propose de soutenir les activités de permanence des encadrements des étudiants

L’amphithéâtre C de l’Institut national de formation des agents de santé (Infas) d’Abidjan-Treichville a abrité une première réunion d’information avec les parties prenantes le mardi 29 novembre 2022.

L’association des sage-femmes ivoirienne (ASFI) a décidé de s’impliquer activement dans la réduction significative des taux de décès maternels, néonatals et infantiles en Côte d’Ivoire. C’est dans ce cadre qu’elle a tenu ce mardi 29 novembre 2022 à l’amphithéâtre C de l’Institut national de formation des agents de santé (Infas) une première réunion d’information avec les partie prenantes.

Selon Mme Awa Diallo, présidente de l’association des sage-femmes ivoiriennes (ASFI) son organisation sous la supervision de l’Infas avec l’appui technique et financier de l’UNFPA,  se propose de soutenir les activités de permanence des encadrements des étudiants pour assurer des services intégrés de qualité, continus et inclusifs.

La présidente des sage-femmes ivoiriennes à, par ailleurs précisé qu’elles veulent assurer la permanence dans les salles de travaux pratiques et de sites de stage dans les différentes antennes de l’Infas à travers le pays. Pour elle, 35 sage-femmes seront sélectionnées à l’Infas d’Abidjan et de Bouaké pour bénéficier d’une formation de renforcement de capacité.

A cet effet, Mme Kansah Antoinette, Sous directrice de l’Infas d’Abidjan, a exprimé toute satisfaction pour l’initiative engagée en faveur des étudiantes par l’ASFI. Car, dit-elle, c’est environs 13954 infirmiers et sage-femmes qui sont formés dans les antennes de l’Infas. Par conséquent, ces impétrants ont besoin d’un suivi de façon concerté. Elle a aussi rappelé que l’école veut se positionner comme un établissement d’excellence qui forme les agents de santé compétents.

LIRE AUSSI :   PDCI RDA/ Le député Goualy Dodo remonte les brettelles à KKB.

Source vision 24

Le titre et l’attaque son de la rédaction