Divorce/ Corinne Hazoumé et Didier Hazoumé franchissent le pas.

Le 19 mars 2020, le Tribunal des grandes instances de Pontoise, en France,  a reçu une requête de divorce déposée par Didier HAZOUME, époux de la céramiste Corine HAZOUME.  Le mariage avait  été contracté le 31 octobre 1998 à la Mairie de Cocody à Abidjan- Côte d’Ivoire, et à l’église,  le 14 novembre 1998 à Briare, en France. De cette union sont nés deux magnifiques garçons, le premier a 23 ans, le second a 15 ans. Un divorce qui intervient après 5 ans de séparation où la céramiste a quitté le domicile conjugal de Cotonou au Benin, pour regagner Abidjan, en Côte d’Ivoire, après une énième attaque  du clan HAZOUME de France, du Bénin et du Nigeria.

Pour les raisons de leur divorce, Didier HAZOUME évoque des liens altérés et sa vie qu’il a refaite avec une autre femme au Mali. Quant à Corine HAZOUME, elle souligne un profond mal, allant jusqu’à la sorcellerie, des infidélités ayant donné naissance à des enfants hors mariage, une montagne de salissures pour entacher sa réputation, des attaques récurrentes depuis 2008  et une destruction volontaire de son patrimoine artistique et culturel.

Pour tous ces méfaits, elle demande réparation. Les Termes de leur  projet de  conciliation soumis à leurs différents conseils juridiques et qui seront à l’appréciation du  juge des affaires familiales portent sur  les points suivants:

-Une rente de 500 euros/mois jusqu’à la fin de sa vie pour avoir perdu 20 ans.

-Le partage 50/50 de leur patrimoine immobilier de France, du Bénin et de la Côte d’ivoire.

-Des dommages et intérêts d’un montant de 150 000 euros (cent cinquante mille euros) pour destruction de CER’AFRIQUE( première entreprise de céramiques fines et des objets de l’art de la table en Afrique)  son  patrimoine artistique et culturel , pour les violences morales et psychologiques qu’elles a subies ces  10  dernières années, et pour les conséquences désastreuses sur sa santé physique et mentale.

LIRE AUSSI :   Journée «justice morte» : avocats et magistrats se mettent en grève contre la réforme de la justice

-Le rétablissement de ses droits parentaux.

Le Tribunal des grandes instances de Pontoise les convoquera dans 8 mois à cause de la pandémie de coronavirus.

Corine Hazoumé.