Dépêche du mercredi 24 juillet 2019

Une sélection de Nadège Kondo/afriquematin.net

Guinée-Bissau/ Ouattara sollicité …

 Le président Alassane Ouattara a été sollicité hier mardi 23 juillet 2019 pour « aider à la stabilisation» politique de ce pays en proie à des crises permanentes pendant plusieurs mois.

 …………………………………………………………………………………………

Burida/Selon Noel Dourey, l’institution ne connait pas de crise

 Le Président du conseil d’administration (PCA) du Palais de la Culture d’Abidjan et auteur-compositeur Noël Dourey, estime que la crise qui secoue le Bureau ivoirien des droits d’auteur (BURIDA) suite à la suspension des organes dirigeants par le ministre de la culture et de la Francophonie, Maurice Bandama, consécutivement à un audit de l’Inspection générale d’Etat (IGE), n’en est pas une. « De point de vue structurel, nous étions entrés dans une phase de défiance d’autorité, dans une phase de négation même de nos valeurs ». Or, poursuit M. Dourey, «un artiste ou un créateur, c’est celui qui prône la paix, le vivre ensemble et donc ces valeurs-là, nous étions même en train de les fouler aux pieds au point de ne plus reconnaître les artistes ».

 Pour l’artiste, cette interpellation doit «nous amener à rentrer en nous-mêmes pour dire quel que soit l’opinion qu’on puisse avoir engendré par nos positons, il est bon que nous puissions préserver la paix, la paix entre nous et d’ailleurs je me propose les jours qui arrivent pour convoquer une réunion importante » pour « ébaucher des pistes » en vue de respecter le calendrier de renouvellement des instances du Burida.

 Rappelons que depuis le mois d’août 2018, une guéguerre opposait la direction du Burida et certains de ses sociétaires qui reprochent à la directrice générale « sa mauvaise gestion ». Pour y mettre fin, l’Inspection générale d’Etat a commandité un audit général, Irène Viéra.

LIRE AUSSI :   Gonaté/Léopoldine Tiézan Coffie et les cadres apportent un souffle nouveau à la localité

 …………………………………………………………………………………………

Afrique 

Ouganda- Présidentielle de 2021/Le chanteur et opposant Bobi Wine annonce sa candidature

 «Au nom du peuple d’Ouganda, je défie Yoweri Museveni lors d’une élection libre et juste en 2021», a déclaré le chanteur Bobi Wine, Robert Kyangulanyi de son vrai nom, lors d’un rassemblement à Kampala.

…………………………………………………………………………………………

 Internationale

États-Unis/De nouvelles mesures pour accroître l’expulsion des sans-papiers

Le gouvernement américain a assoupli mardi les règles d’expulsion rapide de clandestins. Selon France 24, désormais, la police peut renvoyer sans passer devant un juge les immigrés entrés illégalement aux États-Unis depuis deux ans, au lieu de 14 jours auparavant.

L’administration Trump continue sa guerre contre l’immigration clandestine et a assoupli, mardi 23 juillet, les règles d’expulsion rapide de clandestins. La police américaine de l’immigration (ICE) peut désormais renvoyer sans présenter devant un juge toute personne entrée illégalement dans le pays depuis deux ans, un délai qui était jusqu’alors de 14 jours.

Cette modification de la loi sur l’Immigration et la nationalité « est un outil supplémentaire » pour « affronter la crise sécuritaire et humanitaire actuelle à la frontière sud-ouest et à travers le pays », a expliqué Kevin McAleenan, ministre par intérim de la Sécurité intérieure (DHS), dans un communiqué.

 Immigration clandestine/Deux ans d’attente pour comparaître devant un juge

Selon le site TracImmigration, qui surveille l’activité des tribunaux de l’immigration, un clandestin doit actuellement attendre 713 jours en moyenne, soit près de deux ans, pour comparaître devant un juge, qui décide éventuellement de son expulsion. Près d’un million de dossiers sont en souffrance.

Selon le centre de recherche Pew, 10,5 millions de personnes vivaient illégalement aux États-Unis en 2017. Près des deux tiers y étaient installés depuis plus de dix ans.

LIRE AUSSI :   Supposée conversation téléphonique/Voici les peines qu’encourent les auteurs, si…

Les États-Unis sont confrontés depuis plus d’un an à une crise migratoire à leur frontière avec le Mexique, franchie chaque mois par des dizaines de milliers de personnes originaires d’Amérique centrale fuyant violence et misère dans leur pays.

Donald Trump a fait de la lutte contre l’immigration illégale l’une de ses priorités. Il a annoncé le lancement, le 14 juillet, d’une vaste opération anti-clandestins avec l’objectif d’arrêter quelque 2 000 personnes en situation irrégulière et visées par un ordre d’expulsion, dans une dizaine de villes du pays.

Selon un responsable de la police de l’immigration (ICE) cité mardi par les médias, seuls 35 migrants ont été pour l’instant arrêtés.

Cette police a par ailleurs annoncé mardi sur Twitter l’arrestation de 934 personnes dans le pays, sans préciser si les deux opérations étaient liées.