Le Député Alain Lobognon au Procureur Adou: « ce communiqué cache mal les desseins inavoués du procureur de la République « 

Le ministre Alain Lobognon, Député de Fresco se prononce sur le communiqué du Procureur de la République intimant l’ordre au Député Jacques Ehouo, Maire du Plateau, à répondre à la convocation de la Police Economique.

Attention prison garantie

Mon soutien à Jacques Gabriel EHOUO, fait de moi un prisonnier en sursis. C’est ce que je retiens du communiqué du procureur de la République. Lisez bien le communiqué en image!
Le procureur de la République «tient » absolument à entendre le Député-Maire du Plateau, notre collègue, Jacques Gabriel EHOUO. Le procureur dit agir, suite à une plainte d’un conseiller municipal bombardé maire intérimaire par le Gouvernement en 2018.
La saisine du procureur par l’ex maire intérimaire me paraît insensée pour la simple raison que le gouvernement ivoirien qui s’est donné le temps d’auditer les comptes de la mairie du Plateau, n’a point relevé dans ses enquêtes une quelconque preuve de détournement par le député EHOUO.
En juillet 2018, le même procureur, régulièrement saisi par moi, pour menaces de mort (avec preuves jointes à la saisine) est resté muet. Les plaintes en Côte d’Ivoire doivent-elles revêtir un caractère purement politique pour susciter la réaction du procureur de la république?
Le communiqué du procureur cache mal sa décision d’empêcher l’installation du nouveau maire du Plateau par des poursuites judiciaires contre un Député élu maire au motif que « hors session parlementaire, le député peut être poursuivi ».
Selon l’article 92, alinéa 2 de la Constitution ivoirienne, « Aucun membre du Parlement ne peut, hors session, être arrêté qu’avec l’autorisation du bureau de la chambre dont il est membre, sauf les cas de flagrant délit, de poursuites autorisées ou de condamnations définitives. »
Le procureur estime qu’il est à habilité à poursuivre hors session parlementaire tout député en Côte d’Ivoire. Quel texte de Loi lui donne donc ce pouvoir, alors qu’aucune poursuite contre un Parlementaire n’a été autorisée?
À la lumière de ce communiqué de presse, l’interprétation politicienne par le procureur, de l’article 92 de la Constitution, risque de provoquer une grave crise institutionnelle en Côte d’Ivoire. Parce que le Parlement est effectivement hors session.
Et ce communiqué cache mal les desseins inavoués du procureur de la République qui vient ici de se donner un pouvoir hors norme d’arrêter tous les députés qui vont refuser d’obéir aux ordres des politiques actuellement en vogue en Côte d’Ivoire.
La prochaine rentrée parlementaire en Côte d’Ivoire risque d’avoir lieu sans un nombre important de Députés, déjà sur la liste du procureur de la République pour leur soutien au Député élu maire du Plateau, Jacques Gabriel EHOUO. Je suis déjà prisonnier en sursis.

LIRE AUSSI :   Rca/Le nouveau gouvernement remis en question !

Le Ministre Alais Lobognon, Député de Fresco