Bingerville-Centre national de calcul/Bakayoko Ly-Ramata s’imprègne d’une nouvelle technologie

Par Brou François/afriquematin.net

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Bakayoko-Ly Ramata, s’est rendue le vendredi 29 juin 2018 dernier, au Centre national de calcul de Côte d’Ivoire (CNC-CI), pour s’enquérir de l’état de fonctionnement du pôle scientifique et d’innovation de l’Université Félix Houphouët-Boigny de Bingerville. En présence de partenaires français, la première responsable en charge de l’Enseignement supérieur s’est réjouie du supercalculateur du CNC-CI, qui, grâce à la modélisation et à la simulation de phénomènes complexes, rendra un grand nombre de services à forte valeur ajoutée dans de nombreux domaines scientifiques. Entre autres, la  climatologie, l’agriculture, les études environnementales et minières, la santé, la chimie, la physique, la cyber- criminalité.  Faisant l’état des lieux, elle a souligné que les entreprises innovantes pourront également mettre à contribution ce centre pour accélérer leur processus de développement et améliorer leur compétitivité. A travers ce projet, le ministère entend consolider les compétences scientifiques et faciliter l’accès aux technologies de l’information et expertises indissociables de toute démarche supposant une politique ambitieuse en termes d’innovation et de recherche et doter la recherche académique de moyens permettant de faciliter les travaux de recherche et les publications associées par la mise à disposition de moyens modernes. « Ni prévoir, ni même imaginer en Côte d’Ivoire mais aussi dans la sous-région », tels ont été les propos introductifs de la secrétaire d’État auprès du ministère de l’Economie et des Finances de la France, Delphine Geny-Stephann, qui à l’occasion de cette visite a  conclue que  les capacités de calcul et de simulation du CNC-CI seront uniques en Afrique et permettront des développements que l’on ne pouvait.  « Avec cet outil national de recherche de classe internationale, tous les atouts sont réunis pour que la Côte d’Ivoire soit à la pointe de la recherche fondamentale et appliquée, lui permettant d’accroître et de promouvoir l’innovation, d’améliorer sa compétitivité et d’asseoir sa souveraineté nationale en matière de recherche, contribuant aussi au développement de la coopération régionale et au rayonnement  international du pays », a-t-elle fait savoir. Rappelons à toutes fins utiles que ce centre est doté d’un supercalculateur d’une puissance de 322 Teraflops, soit 322 000 milliards d’opérations par seconde, d’un groupe électrogène d’une puissance de 440 KVA et d’une unité de refroidissement de production d’eau glacée de 245 KFW.

LIRE AUSSI :   Lutte contre le Covid-19/ Et si l’on commençait par le nommer Caidovirus ?