Emergence à l’horizon 2020/ La Côte d’Ivoire y arrivera-t-elle ?

Par Haidmond Kaunan/afriquematin.net

« Défense de fumer dans les lieux publics, défense de téléphoner au volant, défense de fabriquer et  faire usage des papiers plastiques», « décret de loi interdisant  la circulation de voitures poussives…. », « mesures interdisant de… », etc, etc… Voici entre autres, les premières lois votées par nos honorables députés depuis que ce    régime est aux affaires. Cependant force est constater que l’ensemble de ces lois sont régulièrement violées sous le ciel éburnéen. Il faut avoir le courage de le dire, la plus grosse plaie de nos gouvernants actuels c’est le fait de voter des lois sans veiller à leur application.

« La vraie liberté, c’est le droit de faire ce que les lois permettent », pouvait dire Montesquieu. Ce brillant philosophe voulait montrer que l’autorité, c’est l’Etat qui doit faire les lois et veiller à leur bonne application. Tâche qui  devrait limiter les libertés naturelles des citoyens et de les sécuriser. Malheureusement, il est constaté que même ceux qui votent ces lois, sont les mêmes qui  ne les appliquent pas, ou ne les font pas appliquer. Entre le dit et le fait il y a un grand fossé. Et nous nous parlons d’émergence à l’horizon 2020. Mais ce que l’on feint de ne pas savoir c’est que des gens qui nous observent sont ceux qui nous notent et que la réalisation de certaines infrastructures  ne suffisent pas pour parler d’émergence. Voici que l’an 2020 avance à grand pas. Il est même sur nos yeux et nos fronts. Y arriverons-nous  avec  des « volcans » dans les rues¨? Des canaux d’évacuation d’eaux usées bouchées avec les papiers plastiques? Des conducteurs avec une main sur le volant et une autre avec un téléphone à l’oreille?

LIRE AUSSI :   Violences contre des ressortissants nigériens/ La Blogueuse ''Succès" Interpellée pour incitation au trouble et appel au meurtre

Ce qui est à craindre et c’est le pire,  vouloir appliquer ces lois en favorisant une corporation de racketter  les violeurs de la loi. Est-ce une défiance à l’autorité de l’Etat ou une faiblesse de l’Etat lui-même, de peur de perdre son électorat ?