Aéronautique/Voici pourquoi les hôtesses de l’air s’asseyent sur les mains au décollage des avions

Le secteur de l’aviation a retrouvé des couleurs, depuis belle lurette et ils sont nombreux à avoir repris le chemin des aéroports en quête de destinations plus ou moins exotiques. Mais un voyage en avion s’accompagne aussi de quelques rituels parfois bien énigmatiques. C’est le cas lorsque les hôtesses de l’air s’assoient sur les mains lors du décollage par exemple.

Avec presque plus d’un millier de passagers transportés en 2023, le trafic aérien a presque retrouvé son niveau et de nombreux passagers de plusieurs pays se rattrapent même si l’inflation a mis à mal leur pouvoir d’achat. Mais un voyage en avion n’a rien d’anodin avec un cérémonial qui commence dès l’arrivée à l’aéroport.

 Enregistrement, contrôle de sécurité, embarquement, consignes à bord. Après de nombreuses étapes obligatoires, vient enfin le moment tant attendu du décollage. À ce moment, le personnel de bord s’installe sur des sièges au début ou à la fin de l’allée et prend une position toute particulière. En effet, hôtesses de l’air et stewards s’essayent sur les mains. Et cela ne manque pas de susciter bien des interrogations …

Un pilote qui officie sur une ligne d’une compagnie aérienne décrit la posture qu’elle appelle « position de renfort » et qu’elle adopte avec ses collègues avant les décollages et les atterrissages. Il s’agit en fait de réduire les risques de blessures physiques en cas d’urgence et une fois installés, hôtesses de l’air et stewards en profitent pour se préparer mentalement à toute éventualité. Bien loin de profiter de ce moment de calme où tous les passagers sont installés et attachés sur leurs sièges, il s’agit d’être prêt en cas de situation d’urgence.

 Appelée aérophobie, la peur de prendre l’avion peut se manifester de multiples façons avec des symptômes plus ou moins marqués, avec l’insomnie à l’approche de la date du voyage, mais aussi l’anxiété au moment de monter dans l’avion sont fréquents chez les individus atteints. Pour la plupart, l’atterrissage et le décollage sont des moments pour le moins stressants et savoir que le personnel de bord se prépare à un éventuel crash ne devrait pas les rassurer.

LIRE AUSSI :   Duékué/Le Président du Syndicat national du transport terrestre de Côte d'Ivoire en colère

Source : mariefrance.fr