Bamako-Musique/Sidiki Diabaté déroule son programme

Par Justin Kassy/afriquematin.net   

Le 21 août2023 dernier, le virtuose et Prince de la Cora de la musique malienne Sidiki Diabaté a été reçu par le Premier ministre, Choguel Maïga,dans les locaux de  la Primature.

La visite de la star s’inscrit dans le cadre du concert exceptionnel qu’il donnera, le 17 novembre prochain, à Bercy, en France. Donnant les raisons qui guident le concert de Sidiki Diabaté en France, son Responsable Artistique a dit qu’il est né du constat, « qu’au Zénith -, où il avait joué, il y avait plus de monde à l’extérieur qu’à l’intérieur.  Les maliens de l’extérieur ressentent sans nul doute, le besoin de se reconnecter à leur culture. Il s’agira pour l’artiste, de faire entendre la culture malienne, la voix du Mali. Ce projet de concert est en effet, le signe de la révolution culturelle au Mali », a-t-il rappelé.

Très heureux de savoir le bien-fondé de ce concert de -, le Premier ministre Choguel Maïga, s’est dit très fier de l’artiste, « pour l’engagement dans le rehaussement du Mali, à l’échelle internationale », a-t-il souligné, tout en saluant les sorties de Sidiki Diabaté, sur la scène, tant dans la sous-région, qu’en international et partout dans le monde.

Le Premier ministre Malien, a également fait un arrêt sur l’enjeu géopolitique. Pour mieux présenter la situation, à celui qu’il considère comme « un Ambassadeur de la culture malienne ». Car, indiquera-t-il, que « l’Art transcende les politiques. Et l’artiste travaille pour le peuple. A Bercy, le monde entier écoutera Sidiki Diabaté, et saura que le Mali veut la paix », a-t-il indiqué.

LIRE AUSSI :   Minusma/L’Onu honore l’adjudant-chef burkinabè Alizèta Kaboré Kinda

Il a également réaffirmé le soutien du gouvernement au projet du prince de la Kora, sans oublier de rappeler les principes de souveraineté de l’Etat malien, à cet effet, « j’invite toute la communauté Malienne, les Africains d’Europe et d’ailleurs, à se mobiliser pour la musique Manding, pour la culture malienne », at-il précisé.