Économie-Association des actionnaires des sociétés cotées à la Brvm /Le Commissaire divisionnaire Kouadio- Bhegnin fait son entrée au Conseil d’administration

Guillaume Ahi/afriquematin.net

L’Association des actionnaires des sociétés cotées à la Bourse régionale des valeurs mobilières (AASCOT-BRVM (, a tenu son assemblée générale ordinaire le 27 mai 2023 dernier au Centre des métiers de l’eau (CMEAU), à Yopougon-Gesco. Au terme de cette rencontre, le commissaire divisionnaire de police à la retraite, ancien directeur général du Fonds de prévoyance la police nationale et ancien administrateur à la Mugefci, Kouadio-Bhegnin a été brillamment élu comme administrateur.

Le commissaire divisionnaire de police à la retraite, ancien directeur général du Fonds de prévoyance la police nationale et ancien administrateur de la Mugefci, Kouadio-Bhegnin fait son entrée au Conseil d’administration de l’AASCOT-BRVM

Cette assemblée générale ordinaire qui a reconduit le président Blin Kacou Jean a aussi admis un nouvel administrateur en la personne de Monsieur Kouadio-Bhégnin. Ce dernier élu brillamment à l’unanimité vient apporter son expertise et son expérience pour le rayonnement de l’association.

Créer il y a plus de dix (10) ans, l’AASCOT-BRVM s’est donnée comme objectif de défendre les intérêts des petits porteurs, ainsi que faire la promotion de la culture boursière. Elle dispensait des cours de bourse à la Brvm, à l’effet d’inciter les populations à la bourse. Cette activité a pris fin lorsque la Brvm a fermé ses portes à la faveur de la covid-19.

Le nouveau conseil d’administration projette de reprendre ces activités en trouvant un local dédié à Marcory, en attendant d’acquérir un siège pour divulguer ses activés afin d’obtenir l’adhésion des épargnants et faire la promotion de la culture boursière.

www.afriquematin.net se donne comme objectif d’offrir une lucarne à l’Aascot-Brvm à cet effet.

Le trésorier a révélé qu’à ce jour il totalise plus de 600 adhérents. Ce qui est peu vu le nombre des épargnants à la Brvm.

LIRE AUSSI :   Musique/Pourquoi s’acharne-t-on sur Roseline Layo ?