Comité Reine Awoulaba d’Afrique-Division Côte d’Ivoire (Cora)/Geneviève Dahon dénonce un acte de sabotage

Par Iris Fabiola Yaëlle/afriquematin.net

Au cours d’une conférence de presse des responsables du comité Concours Reine Awoulaba d’Afrique (Cora), jeudi 16 mars dernier à Cocody-Angré terminus 81-82, la présidente Statutaire Dahon Géneviève s’est indignée des actes d’usurpations de son ex- secrétaire général tenant à discréditer sa personne et à nuire à l’image de ce prestigieux concours de beauté féminin qui s’est internationalisé.

Geneviève Dahon condamne les actes de sabotage de son projet par des personnes de mauvaise foi.

A l’entame des échanges, la présidente du comité, Geneviève Dahon a dans un premier temps dénoncé les agissements irresponsables de son ex-collaborateur avant d’expliquer les réaménagements faites sur les textes « il nous revient de façon régulière par voie de presse notamment, des faits de diffamations, d’usurpation de titre et de voie fait commis par un affabulateur qui n’est personne d’autre que l’ancien secrétaire général du CACI. En effet, ce dernier s’est auto-proclamé Président du Comité Awoulaba Côte d’Ivoire, dont je suis la présidente statutaire, au risque de me répéter, et se répand dans des diatribes usurpatoires et diffamatoires à l’encontre du CORA et de ma personne » s’est-elle indignée et d’ajouter, « il avait dit par exemple à mon vice-président ici présent le Commissaire Waka et je cite : « Waka fait on va dégager Géneviève pour prendre le concours là »Il a osé organiser un point de presse il y a presque 2 semaines pour annoncer la tenue du concours Awoulaba en Côte d’ivoire sous sa direction ; sans avoir dit que j’avais été déchu de mon poste pour faute lourde »,  a-t-elle dénoncée.

Au sujet de la nouvelle dénomination du comité Awoulaba Côte d’Ivoire(CACI), la présidente statutaire Géneviève Dahon précise qu’il était nécessaire d’apporter des aménagements aux statuts de l’organisation qui désormais a une visée internationale, « pour épouser ce vaste projet du concours Awoulaba dans la sous-région, nous avons dû aménager nos textes fondateurs ; c’est pourquoi le Comité Awoulaba Côte D’Ivoire (CACI) qui a une visée nationale change de dénomination et devient le Comité Reine Awoulaba d’Afrique (CORA), avec une visée internationale.  Le CACI dont je suis la Présidente statutaire, a changé de dénomination et s’appelle désormais le CORA Côte d’Ivoire (CORA-CI), entendons Comité Reine Awoulaba d’Afrique-Division Côte d’Ivoire » a- t-elle précisé.

LIRE AUSSI :   En marge du Sommet « Russie-Afrique »/La Russie ouvre son histoire aux Premières Dames

Nonobstant les velléités malsaines entretenues par certaines personnes tapies dans l’ombre de voir ce projet échoué, il est important de signaler une adhésion massive de pays de la sous-région notamment le Mali, la Guinée, le Ghana, le Niger, le Togo, le Bénin et le Cameroun qui ont bien voulu adopté « la dénomination ivoirienne Awoulaba pour l’identification de ce concours en vue de la valorisation inclusive de la femme africaine, à travers ses atouts physiques, intellectuels et ses valeurs socio-culturelles », a-t-elle mis en exergue.

A noter que le lancement des activités du Concours Reine Awoulaba d’Afrique (division Côte d’ivoire) aura lieu incessamment dont la première édition de cet évènement inter-états se tiendra à Abidjan en 2024 avec la participation des candidates des pays cités.