Diminution drastique du nombre de doctorants à encadrer / Dr KAZON Aubin : « Je demande à l’autorité de Tutelle, la révision de cette décision… »

Par Demoyé Kouassi, Afriquematin.net

La Coordination Nationale des Enseignants-Chercheurs et Chercheurs (Cnec), touchée  par la diminution drastique du nombre de doctorants à encadrer a fait savoir dans une déclaration, dont nous avons reçu copie, ce samedi 25 février, de renouer le dialogue avec le ministère de tutelle.

Selon, le Secrétaire Général National, Porte-Parole de la CNEC, Dr KAZON Diescieu Aubin, sur instruction du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Adama Diawara, les Enseignants-Chercheurs et Chercheurs de Rang Magistral ont constaté avec regret la diminution drastique du nombre de doctorants à encadrer (01 doctorant pour les nouveaux Maîtres de Conférences, à titre d’exemple). Toutefois, il a fait savoir que cette décision varie d’une université à l’autre, en fonction des quotas d’encadrement par grade de rang magistral. « Au même moment, nous assistons à une situation qui vise à maintenir, a priori, certains collègues Maîtres de Conférences, à une forme de stagnation scientifique et professionnelle: ils courent le risque de ne plus jamais connaître de promotion (la titularisation) au niveau du CAMES », a-t-il déploré. Face à cette dure réalité, le Secrétaire Général National, Porte-Parole de la CNEC, Dr  KAZON Diescieu Aubin, demande à l’autorité de Tutelle, la révision de cette décision qui pourrait signifier la fin de la carrière professionnelle de nombreux enseignants-chercheurs et chercheurs, en les obligeant à emprunter la seule voie de l’enseignement en Côte d’Ivoire.

Poursuivant, Dr  KAZON Diescieu Aubin, a souligné qu’en tout état de cause, la décision du Ministre Adama Diawara pourrait ne pas cadrer avec l’esprit et la lettre du protocole d’accord portant trêve sociale, dans lequel, tous les partenaires du secteur Éducation-Formation se sont inscrits pour un environnement apaisé, dans un cadre permanent de concertation. « Le Bureau Exécutif National voudrait prendre à témoin la communauté scientifique et l’opinion nationale sur le danger qui guette nos universités, grandes écoles publiques, ainsi que les centres et instituts de recherches, face à l’application d’une telle décision, sans recherche du consensus préalable avec tous les acteurs impliqués », a indiqué Dr  KAZON Diescieu Aubin.

LIRE AUSSI :   La construction du plus grand aéroport au monde est achevée

Pour conclure, le porte-parole de la CNEC prévoit une rencontre pour mettre sur la table cette problématique. « La CNEC voudrait appeler, dans les jours à venir, l’ensemble des syndicats des enseignants du supérieur et des chercheurs pour une large concertation sur la question des encadrements de doctorant(s) », a-t-il insisté.