Lutte contre les infections nosocomiales /Les professionnels de la santé formés à l’utilisation des diffuseurs automatiques

Par Keren Bossouma/afriquematin.net

Le mercredi 22 février dernier à l’amphithéâtre de l’Institut national de la santé publique, à Adjamé, a eu lieu un atelier de formation au bénéfice des acteurs de la Santé sur le thème : « Lutte contre les infections nosocomiales en milieu hospitalier ». Cette initiative s’inscrit dans le cadre de l’utilisation des kits de désinfection des composés de diffuseur automatique nocospray. 

L’accès et la pratique de l’hygiène au niveau des structures de soins peuvent être ainsi liés à une réduction des maladies. C’est ainsi que la Direction Générale de la Santé, de l’Hygiène Publique et la Couverture maladie universelle a initié un atelier de renforcement de capacité des professionnels de santé à l’utilisation efficace des kits de désinfection, en vue d’une meilleure utilisation de ces équipements.

A l’ouverture de ces travaux, le Directeur général de la Santé, Pr Mamadou Samba, qui représentait le ministre Pierre Demba N’gou, a rappelé aux participants, qu’il était de leur responsabilité, à faire en sorte, que leurs établissements soient des endroits sûrs où les patients sont en sécurité «il n’est pas normal de nos jours qu’un patient sorte de nos différentes structures sanitaires et qu’il reparte avec une autre pathologie. Notre mission, c’est de soigner et non de donner une autre maladie à des patients », a-t-il signifié, et d’ajouter que « le ministre de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle met à votre disposition ces outils qui doivent servir à éviter les infections nosocomiales, en assurant la sécurité sanitaire des patients », a-t-il donné comme instruction à leur endroit, en présence du directeur de l’Institut national de la santé publique, le Pr N’Dindin Claude et de partenaires techniques.

LIRE AUSSI :   Laurent Gbagbo libéré définitivement selon des diplomates: toutes ses affaires vidées de sa cellule

Pour rappel, si les établissements sanitaires ne disposent pas d’infrastructures d’approvisionnement en eau, de dispositif d’hygiène en bon état, les maladies se développent et se propagent rapidement et ils deviennent un espace à haut risque à la fois pour les agents de santé et les usagers en accentuant leur vulnérabilité aux infections.

A noter que la première épidémie nosocomiale – fut recensée en 1646 – et fut responsable d’une mortalité maternelle de plus de 20%. Le premier hôpital répondant à des préoccupations hygiéniques est construit à Plymouth,  au 18ème  siècle ainsi, naissait la structure pavillonnaire de cette réflexion aussi bien que la construction des petites salles pour les malades infectés dans des pavillons éloignés.