Turquie / Un nouveau séisme, de magnitude 6,4 ressenti ce lundi 20 février

Un nouveau séisme, de magnitude 6,4, a été ressenti ce lundi 20 février 2023 dans le sud de la Turquie déjà ravagé. L’épicentre se situe dans la localité de Defne, province de Hatay. La secousse s’est produite à 20h04 heures locale (17h04 TU). Elle a été suivie trois minutes plus tard par une seconde secousse. Il s’agirait d’un second tremblement de terre et non d’une réplique.

Selon les équipes de l’Agence France-Presse, ce nouveau tremblement de terre a été ressenti à Antakya (Antioche), à environ quinze minutes de l’épicentre en voiture en temps normal, mais aussi à Adana, 200 kilomètres plus au nord par rapport à Defne.

Réplique ou nouveau séisme, l’agence turque de gestion des catastrophes, l’Afad, a déclaré sur Twitter qu’une autre secousse de magnitude 5,8 avait été ressentie trois minutes plus tard dans le district de Samandag. L’AFP parle d’un deuxième séisme.

« Il est important pour nos concitoyens de rester à l’écart du littoral par mesure de précaution contre le risque d’une élévation du niveau de la mer jusqu’à 50 cm », écrit l’Afad.

La province de Hatay borde la mer Méditerranée, avec la ville d’Antakya dans les terres et le grand port de marchandises d’İskenderun (Alexandrette) sur le littoral.

Toujours selon l’AFP, mais également l’agence Reuters, les secousses ont provoqué des dégâts matériels encore non évalués, et il pourrait y avoir des blessés, dans une région déjà dévastée par les séismes et leurs répliques survenus au début du mois.

Un journaliste de l’agence française évoque des scènes de panique à Antakya, ajoutant que les nouvelles secousses soulevaient des nuages de poussière dans la ville déjà en ruine. Les murs de bâtiments gravement endommagés se sont effondrés.

LIRE AUSSI :   Yamoussoukro-Solution de mobilité/ Des agriculteurs initiés à l’utilisation de véhicules électriques

Les secousses ont été ressenties au Liban et en Syrie. Des correspondants de l’AFP à Alep ont déclaré que les gens avaient afflué dans les rues. Un photographe de l’AFP dans la ville d’Azaz, plus au nord, a indiqué que des bâtiments fragilisés s’étaient effondrés.

Source : RFI

Le titre est de la rédaction