Religion/ Délivrance des âmes en Côte d’Ivoire : Pari gagné des hommes de Dieu, membres de la Conf-E-CI de Yopougon.

Par Fatime Souamée-afriquematin.net

Le vendredi 13 décembre dernier, les membres de la Confédération des Eglises de Côte d’Ivoire (Conf-E-CI), section Yopougon, ont prié pour la délivrance miraculeuse des âmes en Côte d’Ivoire. C’était à Koweit, un des sous quartiers le plus peuplé de la commune de Yopougon.

La paix en Côte d’Ivoire, est l’un des sujets qui rassemble la majorité des ivoiriens malgré leur sensibilité politique ou religieuse. Pour accéder à cette paix, il faut le pardon des uns envers les autres pour une réconciliation vraie. Cette paix ne peut être possible qu’après la délivrance miraculeuse des âmes en Côte d’Ivoire. Car seul Dieu peut apaiser les cœurs. C’est la démarche qui a conduit les serviteurs de Dieu de la commune de Yopougon, membres de la Conf-E-CI à organiser cette veillée de prière à la Mission Mondiale de Pleine Évangile (MMPE) de l’Apôtre Daniel Seri, situé au quartier Koweit.

Sous la conduite de l’Apôtre Paul Zida, Gouverneur de la Conf-E-CI, section Yopougon, ce fut un véritable pari gagné. Devant des fideles chrétiens et même musulmans, les hommes de Dieu ont livré un message pour inviter, les ivoiriens à se pardonner. C’est le Prophète, Sérikpa Patrice-Israel, le premier orateur à monter sur le podium après trois heures de louange et d’adoration sous la conduite de l’Apôtre Koko.

C’est au son d’une chanson révélée selon le Prophète. « Est-ce possible d’haïr son prochain et aimer Dieu ? », que l’homme de Dieu a commencé son évangélisation.  Une chanson qui cadrait véritablement avec le sous thème de la veillée : « Le pardon entre les populations de la Côte d’Ivoire ». Dans une belle orchestration musicale, le prophète avance.  Dans une harmonie semblable aux étranges murmures   de la forêt profonde où les clapotis des rivières et les chants d’oiseaux se mêlent aux frottements des feuillages dirigés par le vent, il fait frissonner de par son message, la conscience des fideles. Il invite les participants à méditer sur Matthieu 6 :12. Il est écrit « pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi, pardonnons à ceux qui nous ont offensé ». Dieu nous pardonne, mais est-ce que nous pardonnons ? Demanda-t-il à l’assistance. « Et pourtant, nous voulons suivre Jésus Christ, celui là même qui sur la croix a dit : Père, pardonne leur car, ils ne savent pas ce qu’ils font. Nous sommes tous les enfants de Dieu. Qui était Ismael, Isaac ? Des enfants d’Abraham. Pourquoi les descendants d’un même père peuvent-ils s’entretuer » ? Se demande-t-il. Et il enfonce le clou. « Tous les dimanches, les églises sont pleines, les vendredis les mosquées sont pleines et pourtant la haine fait rage. Dans quel monde sommes-nous ? », Accuse-t-il.

Revenant sur la situation socio-politique de la Côte d’Ivoire, le Prophète Serikpa Patrice-Israël, invitera la population ivoirienne à se pardonner : « Qu’on soit du Sud, du Centre du Nord de l’Ouest, de l’Est, pardonnons-nous car notre pays a tant souffert frères et sœurs. Pensons à Joseph dans le livre de genèse, chapitre 37. Persécuté et vendu par ses frères il deviendra Ministre en Égypte. Quand Joseph retrouve ses frères à la recherche des vivres, c’est une cérémonie de réconciliation qu’ils engagent. Ils se sont pardonnés. Et nous devrions nous comporter comme eux entant que des enfants de Dieu ».  Le message fut fort apprécié des fidèles qui, à voir l’expression de leur visage venaient de faire un véritable mea-culpa.   La voix de l’artiste a véritablement percuté depuis le fond de la salle, la conscience, tant les chœurs distillés par les chantres dans une inspiration divine communiquaient avec celle de l’homme de Dieu. Comme un grand communicateur, tantôt il interrogeait le public, demandait à chacun de faire son mea-culpa : « Ne disons pas que nous avons toujours raison, remettons-nous en cause. Même si nous avions raison, demandons pardon car notre Dieu est amour ». a conclu le Prophète Serikpa Patrice-Israël.

Après, le sous thème sur la réconciliation, c’est l’Apôtre, Daniel Sery, comme un véritable chef coutumier qui a pris le relais.  Dans une ambiance électrique, le serviteur de Dieu a fait une entrée fracassante mêlée de chants et de danses. « Je délivre de par la chanson et les pas de danse », affirme t-il. Véritable homme de scène, c’est le délire. Dans ce rythme du terroir du centre ouest de la Côte d’Ivoire où les tambours, les percussions et les chants s’entremêlent, l’homme invoque son Dieu afin qu’il délivre son peuple. Des cris stridents de certains malades fusent dans la salle. La sécurité a du mal à contenir certains de par leur violence. D’autres jettent les béquilles et se mettent à danser avec l’homme de Dieu. Une véritable délivrance des âmes en Côte d’Ivoire. Durant trois heures, l’Apôtre Daniel avec sa grande expérience artistique fait vibrer les malades qui ne cessent de crier çà et là : « Dieu m’a guéri, Que Jésus soit loué ». L’orchestre, ces musiciens férus de la musique font vibrer chacun, leur instrument, selon son inspiration. Dans une harmonie où les voix semblent se mêlées à l’ambiance des mouvements des pas de danse, Dieu a manifesté véritablement sa puissance à travers son serviteur.

Il est revenu au Prophète Elie Yapi, troisième intervenant de prier pour la Côte d’Ivoire afin que Dieu dans sa miséricorde, ait sa puissante main sur la nation ivoirienne. Il était 6 heurs 18 mn quand l’Apôtre Koko, mit fin à la première veillée de prière des membres de la Conf-E-CI, Yopougon. Un véritable pari gagné.

 

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook