Politique / Événements des 21 et 23 à Abidjan/Un politologue expatrié révèle : « L’opposition et Guillaume Soro ont piégé le pouvoir d’Abidjan ».

Par Serikpa Djeckou De Sylva/afriquematin.net

La Côte d’Ivoire a vécu deux évènements de tension politique au sommet de l’Etat. Le premier, est relatif au meeting avorté du Pdci-Rda/ FPI et le second, au retour annulé de Guillaume Soro en Côte d’Ivoire. Que s’est-il réellement passé ? Sous le sceau de l’anonymat, M.JK que nous avons rencontré dans un grand établissement hôtelier de la capitale économique fait le portrait.

La France, pays colonisateur tient à la démocratie et à la liberté d’expression. Selon l’expert politologue bien qu’il ait voulu garder l’anonymat, a prie la décision de porter sa contribution pour mieux éclairer les Ivoiriens sur la stratégie engagée par l’opposition ivoirienne et Guillaume Soro. Il affirme, « c’est une stratégie provocatrice qui fait attirer son adversaire dans l’erreur. Le pouvoir d’Abidjan devra beaucoup analyser avant d’agir».

Selon notre informateur, le Pdci-Rda et le FPI, ces vieux loups de la politique savent que la France est véritablement attachée à la démocratie et à la liberté d’expression. « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui » (article 4 de la DDHC de 1789). C’est parce que tout le monde a un droit égal à la liberté que ma liberté est limitée par celle des autres et la leur par la mienne », a-t-il affirmé. Et de poursuivre son argumentation. « Le Pdci-Rda et le FPI en décidant de faire un meeting loin dans un quartier comme Yopougon, en quoi cela pourrait-il influencer négativement le programme du Président Emmanuel Macron en Côte d’Ivoire ? ». Peut-il lui, en tant que Président Français, interdire les activités des autres partis politiques par ce qu’il reçoit un président, fut-il celui des Etats Unis ? « Non La liberté d’expression est définie par la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 qui dispose que « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions. En réalité, c’est un signal fort de l’opposition au Président Macron, pour dire voici comment se comporte le Président Ouattara », a  répondu l’expert.

Selon lui, c’est une stratégie savamment pensée par le Pdci-Rda et le FPI, « en réalité, ils n’avaient pas un programme de meeting mais voulaient démontrer aux yeux de la communauté nationale et internationale, que le Président Ouattara n’est pas démocrate. Lorsque le Maire de la Commune de Yopougon interdit le meeting, personne ne pouvait accuser le Président Ouattara d’avoir refusé à ses opposants de faire leur meeting. Il fallait encore provoquer. La décision est donc prise en poussant Ouattara à fond. Puis Port-Bouët est choisi puisse que la commune est gérée par un Maire Pdci-Rda. Et c’est là que le président Ouattara va se dévoiler comme un véritable antidémocrate.  C’était déjà bien joué pour le Pdci-Rda et le FPI, car ce sera désormais le ministère de l’intérieur qui va interdire toute manifestation sur l’ensemble du district d’Abidjan ».

Expliquant le cas de Soro Guillaume, il dira, « les mêmes causes  produisant les mêmes effets, Soro Guillaume de son coté va acculer  le Président Ouattara. D’abord, il annonce son arrivée au moment où le Président Macron est en terre ivoirienne. Véritable stratégie. Un retour reporté après un compromis avec le pouvoir Ouattara. Toujours à ce niveau Ouattara n’est pas encore dans le piège. Il faut passer à la vitesse supérieure. Et ce qui devrait arriver le lundi 23 fut constaté. Si Soro part de la France, l’on aurait pensé qu’il a le soutien de Paris. L’Allemagne est donc choisie pour la seconde stratégie pour pousser le Président Ouattara à la faute. Pendant ce temps, le pouvoir d’Abidjan a reçu l’assurance de Paris quant à la fermeté pour que la paix soit en Côte d’Ivoire et que la justice se fasse. Abidjan décide donc de piéger Guillaume Soro dès son atterrissage ».

A la question de savoir pourquoi l’avion de Soro Guillaume n’a pas reçu l’autorisation d’atterrir ? L’homme coupe court et affirme. « En vérité Guillaume Soro a senti le coup. Les pilotes étaient en contact avec Abidjan et tout d’un coup, les choses ont commencé à se brouiller. C’est donc lui Soro Guillaume ayant senti le danger a décidé d’atterrir au Ghana. Il a évité le piège d’Abidjan ». Et il s’interroge, « pourquoi refuser l’avion de Soro Guillaume d’atterrir et ensuite lancer un mandat d’arrêt international ? C’est une bourde. C’est illogique.  En vérité, le pouvoir d’Abidjan dans les deux cas est tombé dans le piège de l’opposition. Il devrait avoir une saine lecture des événements. Mais apparemment, on sent des décisions précipitées, notamment l’arrestation des Soroïstes, le mandat d’arrêt international contre Soro et la saisie de son domicile par l’Etat de Côte d’Ivoire, des décisions qui pourraient embraser le pays », a-t-il commenté.

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook