ads bas

Football/Lassana Diarra retrouve le Psg

ads bas

Avec sa signature au PSG, Lassana Diarra retrouve la ville qui l’a vu naître. Avant ce retour chez lui, il aura donc connu neuf clubs professionnels. Avec des hauts, mais aussi pas mal de bas. Après avoir évolué dans différents clubs de jeunes, il  termine sa formation au Havre et fait ses débuts professionnels avec le HAC en janvier 2004, en Ligue 2. Après plusieurs performances notables, à 19 ans seulement, il intéresse déjà plusieurs grosses écuries et atterrit même à Chelsea durant l’été 2005 pour environ 4M€. Chouchou de Stamford Bridge, il est alors comparé à Claude Makelele pour son gabarit, et impressionne également au poste de défenseur latéral droit, notamment lors de la finale de League Cup en 2007 face à Arsenal (2-1). Il s’engage d’ailleurs plusieurs mois plus tard chez les Gunners, pour une courte expérience dans l’autre club londonien. Ses prestations à Chelsea lui ont en tout cas ouvert les portes de l’équipe de France A dès 2007, à 22 ans seulement. C’est dans son troisième club anglais, avec une place de titulaire à Portsmouth, que le joueur confirme ensuite les attentes qui sont placées en lui. Une grosse trentaine de matches avec Portsmouth lui suffisent pour être transféré au Real Madrid, contre 20M€.

Des choix de carrière discutables

Ce transfert dans le plus grand club qu’il a côtoyé a aussi été un difficile challenge sportif pour lui. Après la concurrence à Chelsea ou à Arsenal, Lassana Diarra est en effet à la lutte avec des top-players mondiaux à Madrid. Débarqué en janvier 2009 d’Angleterre, le milieu de terrain aura tout de même joué 116 matches avec le Real, son plus gros total en club. Mais après deux ans et demi convaincants, il dégringole petit à petit dans la hiérarchie de Manuel Pellegrini et se fait dépasser par Sahin, Khedira, ou encore Granero. A l’été 2012, il décide alors de faire ses bagages pour… la Russie et l’Anzhi Makhachkala, pour y côtoyer Roberto Carlos ou encore Samuel Eto’o, et ainsi toucher un énorme salaire. Et lorsque le club traverse une crise budgétaire et sportive un an plus tard, il rebondit au Lokomotiv Moscou. Sa pire expérience en carrière, qui aboutira sur un gros conflit avec son club et se terminera devant le TAS. Le joueur est ainsi condamné à payer une amende de 10M€ et verser 110 000€ de dommages et intérêts au club moscovite en 2016. Des choix de carrière parfois douteux, donc, auxquels on peut rajouter le bref épisode (5 matches) à Al-Jazira, d’avril à décembre 2017.

De nombreuses désillusions en Bleu

Après quatre titularisations avec Chelsea, le Parisien de naissance fête sa première cape avec les Bleus en mars 2007. Un match remporté 1-0 en Lituanie, et 90 minutes de jeu pour Diarra, titularisé au cœur du jeu aux côtés de son « mentor », Claude Makelele. Mais par la suite, le joueur a plus déchanté qu’impressionné en équipe de France, la faute à de nombreuses blessures. Il doit d’abord déclarer forfait pour le Mondial 2010 en Afrique du Sud en raison de douleurs intestinales pendant le stage de pré-compétition. Puis il est absent de la liste des 23 pour l’Euro 2012 et pour la Coupe du monde 2014. En mars 2013, alors qu’il s’est exilé en Russie depuis plusieurs semaines, il annonce d’ailleurs à – avoir «tiré un trait sur la sélection», à – 28 ans. Ce qui ne l’a pas empêché de revenir en octobre 2015 dans le groupe France. Pour lui qui performe à l’OM, l’opportunité de disputer l’Euro 2016 est alors grande. Mais une nouvelle fois, son corps le lâche, et une inflammation au genou gauche le contraint à déclarer forfait pour la compétition. Le joueur compte donc à ce jour 34 sélections en Bleu, et n’aura été sélectionné que pour une seule grande compétition, l’Euro 2008, où il n’a pas joué une seule minute…

A Paris, un cadre comme à Marseille ?

Après son exil de deux ans en Russie et une année sans jouer, le joueur a une revanche à prendre à l’été 2015. Et c’est l’OM qui l’aide dans son opération reconquête en engageant le joueur, libre, même s’il n’a plus joué depuis plus d’un an. Un pari gagnant pour lui, puisque Diarra retrouve un très haut niveau et surnage dans le collectif marseillais, limitant les dégâts car l’équipe ne termine la saison 2015-16 qu’à une piètre treizième place. Il figure à ce titre dans l’équipe type de L1 lors de cette saison. Ses problèmes d’argent, en lien avec ses problèmes de Moscou, le rattrapent et lui sont alors préjudiciables. Après onze matches de L1 en 2016-17, il quitte le club durant l’hiver 2017 car l’OM ne souhaite ni augmenter son salaire, ni payer une partie de sa faramineuse amende. Rudi Garcia avait auparavant diminué considérablement son temps de jeu. Son retour dans le Championnat de France au PSG sera-t-il aussi abouti que celui de 2015 ? Ses problèmes d’argent réglés, Lassana Diarra peut en tout cas penser à 100% au football. Et à 32 ans, sa carrière n’est pas encore terminée.

 Source : ff.fr avec afriquematin.net

 

Les commentaires sont fermés.