Concertation fonctionnaires- MUGEF-CI/ Mesmin Komoé explique les nouvelles mesures prises pour faciliter l’avènement de la CMU.

Par Vouzo Zaba /Afriquematin.net

Le  Conseil d’Administration de la Mutuelle Générale des Fonctionnaires et Agents de l’Etat de Côte d’Ivoire (MUGEF-CI) a initié, le  Jeudi 19 Décembre 2019  à l’auditorium ADIKO NIAMKEY de la Bourse du Travail de Treichville, une concertation avec l’ensemble des organisations Syndicales des fonctionnaires. Objectif : rechercher de façon consensuelle des solutions durables aux difficultés de prise en charge depuis l’avènement de la CMU. Kouamé Mesmin Komoé, PCA de ladite Mutuelle a, après cette importante rencontre,  situé à la presse les enjeux de cette concertation.

 « Nous sommes aujourd’hui  dans un environnement de fonctionnement effectif de la couverture maladie universelle et ce démarrage a engendré quelques difficultés de départ qui ont fait que les fonctionnaires n’ont pas bien compris le processus. Il était donc important pour nous  de leur expliquer la nature de  ces difficultés et de leur présenter les solutions qui ont été apporté pour améliorer leur prise en charge » a tenu à préciser le Président du Conseil d’Administration de la MUGEF-CI.

Poursuivant,  il a énumérer les principaux désagréments qui ont occasionné la colère de nombre de  mutualistes et les premières solutions apportées pour y remédier : «  les difficultés étaient liées à l’accès aux prestations avec la carte de la MUGEF-CI,  pour ceux qui ne sont pas encore enrôlés à la CMU. Elles  étaient en outre liées à la disponibilité des médicaments, à la nature des prescriptions et je crois qu’en toute intelligence avec les autorités de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, nous les  avons toutes dressées  et des réponses ont été trouvées. De sorte qu’aujourd’hui, vous pouvez vous-même le constater, il y a de moins en moins de grognes. Mais nous leur avons surtout  donné l’occasion, à ces journées, de nous remonter tout ce que l’on peut encore rencontrer comme   difficultés pour que nous puissions y apporter des solutions  idoines. Pour le moment, la solution importante que nous avons prise est de faire en sorte que dans les différentes officines, on puisse faire les substitutions de sorte qu’on ne refoule plus jamais un mutualiste qui arrive avec un bon. Les instructions ont été également données à l’ensemble des prestataires de santé pour que ceux qui ne sont pas encore enrôlés au niveau de la CMU puissent  effectivement avoir accès aux prestations avec leur carte MUGEF-CI. Maintenant, vous savez que dans cet environnement  nouveau, la liste de médicaments remboursables liés au Régime Complémentaire Obligatoire (RCO) s’est quelque peu décrue et donc les mutualistes ont souhaité que nous revenions à la situation d’avant c’est-à-dire multiplier, pour les différents groupes thérapeutiques,  les molécules d’accès. Cette préoccupation, nous la prenons en compte. Les techniciens vont passer tout cela au prisme de leur art et l’effort supplémentaire que chacun des mutualistes devra faire pour garantir cette prise en charge améliorée va leur être communiqué  à notre prochaine assemblée générale ».

Pour tous ceux qui voyaient d’un mauvais œil l’arrimage de la MUGEF-CI d’avec la CMU, Mesmin Komoé a tenu à clarifier cette situation qui continue encore de susciter la polémique : « On ne peut pas arrêter l’arrimage puisqu’en tout état de cause, les deux systèmes vont continuer d’exister. La CMU est d’adhésion obligatoire pour l’ensemble des populations. Idem pour la MUGEF-CI qui l’est pour les fonctionnaires et agents de l’Etat  en activité comme à la retraite. La CMU offre des soins de santé. Les mutuelles ou assurances privées  le font également. Il est plutôt souhaitable que les deux, de façon intelligente, harmonisent leur  façon de faire pour une prise en charge optimum. Dans tous les pays où les systèmes de sécurités sociales généralisées existent,  les mutuelles ou assurances privées qui offrent des soins de santé dans le même ordre arrivent toujours à faire cet arrimage. Et cela,  il faut que les fonctionnaires le comprennent. Nous ne sommes  qu’au début d’un processus. C’est donc tout à fait normal que les choses ne soient pas parfaitement  huilées et qu’on connaisse ce genre de désagréments. Mais au fur et à mesure, je l’ai dit tantôt, nous allons dresser tous ces désagréments et chercher des solutions idoines ».

Aussi, en a-t-il profité pour revenir sur la nécessité de la Carte Unique et intelligente, au regard des nombreuses incompréhensions suscités suite à son avènement. « Aujourd’hui, les mutualistes  en témoignent .Depuis la mise en route de la Carte unique et Intelligente, on se rend effectivement compte que le système est intelligent parce que les limitations qu’on constatait avec l’ancienne carte sont levées lorsque l’on est détenteur de cette carte. En effet,  les prestations, à l’heure actuelle,  sont possibles 24h sur 24 et  7jours sur 7 ».

Pour terminer, il a décidé de plaider  auprès des autorités compétentes, la prorogation du délai d’enrôlement des fonctionnaires à la Couverture maladie Universelle : « Nous allons nous rapprocher des autorités de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie car tous les fonctionnaires, au 31 décembre 2019, ne se  seront pas tous enrôlés. Les mutualistes ont demandé qu’on plaide pour le prolongement de cette date. Nous allons donc remonter l’information aux autorités compétentes pour que la chose soit analysée favorablement ».

Click to Hide Advanced Floating Content
AFRIQUEMATIN TV

Facebook