ads bas

Commune d’Adjamé/Quand la municipalité fait le lit de l’indiscipline

ads bas

Par Haidmond Kaunan-Afriquematin.net  

Le cœur  des chauffeurs de taxis communaux (woro-woro) et des commerçants qui occupent anarchiquement le Boulevard Nangui Abrogoua ne peut jamais battre. Et pour cause, ils savent qu’ils versent quotidiennement de l’argent  dans les caisses, des recettes municipales  et sont rassurés que les quelques prises de paroles des autorités municipales devant les médias nationaux ne sont que des discours politiques.

Vraiment !…Si vous  prenez le temps d’observer et vous remémorer le film de tout ce qui se passe sur ce boulevard pendant quelques heures, vous pouvez avoir mal. Et vous pouvez réaliser l’impuissance du maire Youssouf Sylla et son équipe. Vous pouvez également réaliser  que ces autorités municipales sont à la base de ce désordre, cette indiscipline et qu’elles prennent souvent la parole devant la presse pour faire plaisir ou leurrer l’opinion. Aussi peut-on réaliser que ce bled  est un autre monde.

L’autorité municipale annonce chaque fois, lorsqu’elle se retrouve devant des médias,  qu’elle va mettre fin à cette anarchie. Et pourtant c’est la vache à lait des collecteurs des recettes municipales. C’est à dire  il y a des commerçants à qui on donne des tickets officiels et il  y en a, à qui on soutire de l’argent, des jetons qu’on enfouit dans sa poche. A cela s’ajoutent des hors-la-loi qui intimident une catégorie de commerçants et s’emparent d’une certaine somme avec eux. Ce qui vient aggraver la situation, c’est la désormais complicité entre les irréductibles chauffeurs de woro-woro et la police de la Société de transport abidjanais( Sotra).  En effet le policier détaché au service  de cette société qui est censé faire régner l’ordre sur ce boulevard,  laisse occuper la voie que doit  emprunter l’auto-bus par les véhicules woro-woro. Puis en échange, les chauffeurs  de ces taxis communaux versent de l’argent à l’agent de police. Une autre façon de racket bien organisé, dont la conséquence est le blocage du trafic. Et cela, l’autorité municipale feint de l’ignorer. On avait pensé que les VIIIème Jeux de la francophonie allaient servir d’occasion pour éloigner cette plaie de la perle des lagunes. Hélas ! Les  élections municipales sont prévues pour 2018. Il est donc clair que ce n’est pas maintenant que le conseil municipal pourra prendre des sanctions contre cette indiscipline. Ce qu’il n’a pu faire pendant une décennie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.