Campagne de commercialisation de café 2017-2018/Des dizaines de tonnes stockés dans des magasins d’Abengourou

Par Haidmond Kaunan/afriquematin.net

Les producteurs de café de la région de l’Indénié-Djuablin, notamment ceux du département d’Abengourou n’ont pu écouler l’intégralité de leur produit récolté et censé être commercialisé pour la campagne 2017-2018.Des dizaines de tonnes restent toujours stockés  dans des magasins.

L’engorgement des entrepôts portuaires d’Abidjan a stoppé l’écoulement du café venant de cette région, l’une des résiduelles productrices de café en Côte d’Ivoire, vers Abidjan. Compliquant, du coup, les difficultés auxquelles les producteurs de café-cacao étaient déjà confrontés. « Cette année la campagne cacao n’ayant pas été longue, nous nous sommes concentrés sur la récolte du café en attendant la campagne intermédiaire du cacao. Malheureusement plusieurs tonnes ont été refoulées à Abidjan, sans raisons valables », explique très déçu le directeur d’une société coopérative dans le département d’Abengourou. Information confirmée par le président du conseil d’administration d’une autre société coopérative à Aniassué, « le café c’est un problème !  Nous avons plus d’une  centaine de tonnes stockée sous la main. Nous  gardons néanmoins espoir ».Un autre responsable de coopérative qui se soucie du cas général nous a révélé que les entrepôts sont en passe d’être désengorgés. Relevant le gouvernement vient de prendre des dispositions pour que tous les magasins construits autrefois pour le traitement du café soient réhabilités pour contenir tout le stock national. Cependant c’est le non fonctionnement d’une usine située à Abengourou au cours de cette campagne qui inquiète un manager de coopérative. Le non fonctionnement de cette  unité industrielle de renom reste toutefois un handicap pour les producteurs pour la commercialisation de leurs produits, « c’est un grand partenaire qui achète nos productions de  café. Elle  nous octroie plus d’un millier de  plants de café pour la régénération des plantations. C’est également un partenaire dans la lutte contre le travail des enfants mais également à travers la promotion du genre », regrette-t-il sans savoir  exactement la raison de la fermeture de compagnie à Abengourou.

 

 

Les commentaires sont fermés.